Les News les plus food depuis Londres – Nina Métayer, Ashley Palmer-Watts, Yann Couvreur, Daniel Humm, Jamie Oliver, Marco Pierre-White…

07 septembre 2019  1  Non classé
 

signature-food-and-sens  Tous les mois, notre correspondante F&S à Londres, Anastasia Chelini, vous rendra compte de l’actualité des chefs et de la restauration en direct, depuis cette capitale certainement la plus FOOD d’Europe. S’il est vrai que l’Angleterre connaît une période d’incertitude politique, tout ce qui touche à la nourriture y est toujours aussi énergique, et les Français en sont aussi les acteurs ! Découvrez ci-dessous la première édition de cette rubrique spécial Londres. 

Dans le quartier de Hampstead, les pubs prennent des airs champêtres

C’est un fait : Londres l’hypnotique séduit chefs et restaurateurs envers et contre tout. En dépit du sceptre désobligeant du Brexit, qui pèse sur les secteurs de l’hôtellerie/restauration, la capitale anglaise reste très attractive pour les chefs de tous horizons, venus en nombre y ouvrir une table (retrouvez ICI notre article dédié à ce sujet). Plus trépidante que jamais, Londres entame sa rentrée culinaire sur les chapeaux de roue. On fait le point pour vous sur l’automne des chefs outre-Manche. Suivez le guide ! 

Nina Métayer, Yann Couvreur, Daniel Humm : cap sur Londres !

En ce mois de septembre très actif, les foodistes de tout poil sont dans leurs starting-blocks. Leur quête food du moment ? Le très chic Claridge’s, hôtel de luxe (et de style) du quartier cossu de Mayfair. Y sont attendus, et quasiment coup sur coup, le pâtissier Yann Couvreur pour un pop-up du 4 au 11 septembre ; puis le chef Daniel Humm, qui y ouvrira son restaurant Davies and Brook en automne. À noter, Yann Couvreur ouvrira par ailleurs sa propre boutique à Londres, très prochainement. Quant à Nina Métayer, elle aussi tentée par l’aventure londonienne, elle y ouvrira sa première boutique en septembre, au Mercato Metropolitano. Deux autres boutiques suivront (une à Mayfair, près des grands magasins, puis une autre à Elephant Park). À suivre…

Nina Métayer à Londres


Les pâtisseries de Yann Couvreur au Claridge’s

Les ennuis médiatiques de Marco Pierre White. 

Se doutait-il qu’il déclencherait un tel tollé ? Toujours est-il que le chef Marco Pierre White, ancien trois étoiles Michelin, a récemment déclaré lors d’une interview pour le Irish Independent, que « les hommes peuvent mieux gérer la pression » que les femmes, et que c’est là la différence majeure entre les femmes et les hommes, car ces derniers ne sont pas « aussi émotifs » (que les femmes), et qu’ils « ne prennent pas les choses personnellement ». Puis d’ajouter : « Regardez la taille de certaines poêles qu’il faut porter en cuisine. Vous vous voyez être une femme en cuisine, et dire « peux-tu porter cette poêle pour moi ? ». Comme on s’en doute, cette saillie n’a pas du tout plu outre-Manche, et les retours de l’industrie culinaire ne se sont pas faits attendre. Asma Khan, fondatrice du restaurant indien Darjeeling Express à Londres, a déclaré à nos confrères de Big Hospitality qu’il « n’y a pas la place en cuisine pour des chefs avec ces attitudes », et que ce commentaire « pue le patriarcat ». (À noter, le restaurant Darjeeling Express est conduit par une équipe cuisine 100% composée de femmes). Quant au chef Neil Rankin, propriétaire des restaurants Temper, il a qualifié Marco Pierre White de « dinosaure radotant ». Puis il a ajouté dans un post Instagram que « la seule vraie différence entre les hommes et les femmes en cuisine, c’est que les hommes n’ont pas à subir au quotidien ce type de conneries nauséabondes, sans fondement et désuètes ». Voilà qui est dit. En tout cas, on se demande si Marco Pierre White a déjà entendu parler de ses illustres consœurs, les chefs Carme Ruscalleda, Annie Feolde, Anne-Sophie Pic, Elena Arzak, Clare Smyth, Monica Galetti (jurée de MasterChef UK), Amandine Chaignot, et bien d’autres… Ah, pour finir : ironie de l’histoire, devinez où Marco Pierre White a travaillé ? Au restaurant Le Gavroche, à Londres, aujourd’hui tenu par Michel Roux Jr. La fille de celui-ci, Emily Roux, a justement ouvert son propre restaurant l’année dernière… Comme quoi, les histoires de poêles trop lourdes, il y a beau temps que ça n’empêche pas les femmes de devenir chefs.  

 

Ashley Palmer-Watts commente pour Food&Sens ses 20 ans de maison chez Heston Blumenthal.

Cela fait donc vingt ans tout rond que le chef Ashley Palmer-Watts, exécutif du Dinner by Heston Blumenthal, travaille pour le groupe The Fat Duck du chef Heston Blumenthal. Pour l’occasion, le groupe a posté le jour J (soit le 28 août) une photo sur Instagram. Quant à nous, nous avons demandé au chef son commentaire sur ces deux décennies accomplies. Voici ce qu’il a déclaré pour Food&Sens :  » ça a été vingt années formidables de travail avec Heston, et un privilège d’avoir fait partie d’un tel restaurant, qui repousse les limites de bien des manières dans notre relation à la nourriture et aux restaurants. Grâce au groupe, j’ai voyagé de par le monde, et ai rencontré et travaillé avec des gens de grand talent. En chemin, j’ai pu créer beaucoup de souvenirs, et nous avons vécu de grands moments. »

 

Le nouveau livre « VEG » de Jamie Oliver – déjà vendu à moitié prix, un bon ou mauvais signe ?

Le tout nouveau livre de Jamie Oliver vient à peine de sortir (le 22 août dernier) que déjà, on le trouve à moitié prix chez Sainsbury (grande chaîne de supermarchés) et chez Waterstones (une chaîne de librairie). Est-ce à dire que le prix initial de l’ouvrage, fixé à 26 pounds, était trop ambitieux ? Le nouveau prix est donc de 13 pounds chez Waterstones, et de 11,99 pounds chez Sainsbury. Côté contenu, l’ouvrage est fidèle à son titre : il rassemble des recettes simples sans viande, pile dans la tendance végétarienne très en vogue en Angleterre.  

 

La meilleure pizza d’Europe est servie à Londres par le chef Ciro Salvo.

 

Selon le classement italien 50 Top Pizza, c’est à Londres que la meilleure pizza d’Europe (hors Italie, bien sûr)est servie ; et c’est au restaurant 50 Kalò qu’on la trouve. Implanté en marge de Trafalgar Square, ce sympathique restaurant est signé du chef napolitain Ciro Salvo. Notre avis : le lieu est une valeur sûre. La pâte de la pizza est d’une grande finesse, légère et souple ; la garniture, de qualité. Les tomates sont bio, et les produits, AOP et IGP pour la plupart. On aime aussi le fait que la pâte soit arrosée d’huile d’olive (extra-vierge de Campanie) juste à la fin de la cuisson, sur l’assiette. Côté prix, ils sont très corrects (entre 9 et 15 pounds la pizza). Quant au tiramisu maison, il est réussi. À noter, le restaurant (âgé d’un an) a été primé par le Michelin et par le Gambero Rosso.

 

Quand les chefs participent à une exposition Food.

Une fois n’est pas coutume, voici qu’un grand musée (de rayonnement international) consacre une exposition toute entière à la nourriture. C’est au Victoria & Albert Museum que se tient l’exposition FOOD : Bigger than the plate. Derrière son titre explicite (à comprendre en français par « Nourriture, au-delà de l’assiette »), cette exposition engagée attire l’attention sur le gaspillage alimentaire, et explore des solutions favorables à l’écosystème (culture de champignons à partir du marc de café, création de toilettes fonctionnant sans eau, nourriture à base d’insectes, céramique recyclée, etc). Elle insiste également sur l’importance de repenser notre système de production alimentaire, pointant du doigt le fait que le consommateur est de plus en plus éloigné du produit qu’il consomme. Les fans de chefs trouveront matière à contentement : en effet, plusieurs dessins du chef Ferran Adrià de El Bulli y sont exposés, tandis que Heston Blumenthal (que nous avions interviewé en juin dernier) a donné ses bactéries pubiennes pour servir de culture de départ à un fromage… Sic ! Le tout, dans le cadre d’un projet visant à challenger notre perception des microbes. Notre avis sur l’exposition : didactique, simple dans sa formulation, pensée pour le grand public, elle a le mérite de s’adresser à tous, via une narration abordable et un côté ludique/éducatif à même de parler aux enfants. De plus, elle brosse un large panel de ce que regroupe la terminologie food, et donne matière à réflexion sur de multiples sujets connexes (comment mieux consommer, qu’entend-t-on par les bonnes manières à table, le jour où la nourriture est devenue un produit marketé, la vaisselle comme expression indirecte d’une idée politique, etc). Le bémol : un peu brève, l’exposition aurait pu aller plus loin du point de vue de la recherche (en explorant davantage l’Histoire de l’alimentation, par exemple) ou de l’analyse/conceptualisation. Jusqu’au 20 octobre, 17 pounds l’entrée.

 

Le Tower of London Food Festival accueillera Emily Roux 

Emily Roux et son mari Diego Ferrari

Du 12 au 15 septembre, le Tower of London Food Festival réunira les amoureux de street food autour d’un lieu incontournable de Londres, la fameuse Tour de Londres. Au programme, une visite du château, des pop-up bars, des masterclass, des stands de petits producteurs, et bien sûr, des rencontres avec des chefs. Parmi les têtes fameuses du line-up, on retrouvera notamment le chef espagnol José Pizarro, qui vit à Londres depuis 18 ans, et qui sortira bientôt son quatrième livre. (Il est connu du grand public britannique pour ses restaurants espagnols, mais aussi pour sa présence régulière sur la BBC.) Autre visage familier, la jeune chef Emily Roux sera présente également.

 

Succès complet pour Big Mamma : ses deux restaurants londoniens sont tout le temps plein.

Un soir devant le Gloria par Big Mamma

On vous en parlait il y a quelques mois : l’ouverture successive du Gloria (à Shoreditch) puis du Circolo Popolare (à Fitzrovia), toutes deux signées du groupe français Big Mamma, connaissent un succès sans faille. La formule, dont le marketing léché convainc les millénials, comprend ambiance péchue, décor baroque, staff italien et carte efficace (simple, rapport qualité/prix qui fonctionne). De fait, quels que soit le jour et l’heure, une file s’étire résolument sur le trottoir de Gloria, et à l’accueil, on vous prédit en général 2 heures d’attente pour une table. Qu’on aime ou qu’on déteste, le résultat est là : Big Mamma cartonne à Londres. (Pour avoir testé les deux, la rédaction a une préférence pour le Circolo Popolare, plus vaste et plus joli que le Gloria, et équipé d’une grande terrasse.) Toutefois, la question se pose : vaut-t-il vraiment la peine de faire deux heures d’attente pour manger chez Big Mamma ? À chacun de voir. 

 

Le nouvel hôtel design de East London accueillera bientôt l’ex chef du Chiltern Firehouse. 

 

Dans le quartier montant de Londres qu’est le Queen Elizabeth Olympic Park/Stratford, une touche de luxe manquait jusqu’à présent. Elle vient de s’incarner dans le nouvel hôtel design The Stratford Hotel, qui a ouvert ses portes après dix ans de travaux. Niché dans un gratte-ciel défiant l’espace alentour, l’hôtel dispose d’un grand (et haut) lobby baigné de lumière naturelle, dans lequel la partie restaurant (qui donne sur la cuisine ouverte, à la forme de navire) sert une carte simple et bien exécutée, idoine pour un déjeuner ou un dîner de semaine. Au menu de la Stratford Brasserie, on trouve par exemple des croquettes de porc au céleris, des linguine façon Cacio e Pepe, de belles pièces de grill, et des desserts populaires (tel que le choux bun au chocolat et dulce de leche). Le bilan : l’ensemble est plaisant, signé par le chef Ben Harrington (un ancien de Soho House.) Les prix sont raisonnables (les linguine, par exemple, sont à 10 pounds), et les quantités généreuses. D’ici trois semaines, le gastronomique de l’hôtel ouvrira à son tour, prolongé par un skygarden ; ce restaurant à venir, l’Allegra, sera mené par le chef Patrick Powell, ancien head chef du Chiltern Firehouse (l’hôtel le plus glamour de la capitale anglaise). À suivre. 

 

Gordon Ramsay de retour sur la chaîne National Geographic.

Devenu au fil des ans un personnage télévisuel à part entière, le chef Gordon Ramsay est de retour sur les écrans britanniques depuis le mercredi 4 septembre, dans la nouvelle saison de l’émission « Gordon Ramsay uncharted ».  

 

Le guide Le Fooding récompense les bistrots de Londres.

Le guide Le Fooding a annoncé le 2 septembre dernier décerner un nouveau prix, le Priceless Cities New Bistro, qui récompense des restaurants à l’étranger, ville par ville. Parmi les destinations évaluées, on trouve Londres. Voyez ici les adresses que Le Fooding a retenues dans la capitale anglaise.

 

Clare Ptak de la pâtissière de Violet va ouvrir une seconde boutique (c’est elle qui a fait le gâteau de mariage du Prince Harry). 

On vous en avait parlé l’année dernière, au moment du mariage du Prince Harry et de Meghan Markle ; la pâtisserie Violet (que nous vous présentions ici), menée par Clare Ptak, avait fait l’objet d’un buzz important suite à l’annonce du choix du jeune couple de l’auteure de leur gâteau nuptial. Surfant depuis sur la vague du succès, Clare Ptak vient d’annoncer qu’elle ouvrira une seconde pâtisserie, plus grande que l’actuelle, et qui sera cette fois doublée d’un bar à vin. Le nouveau lieu se situera lui aussi dans le quartier bobo de Hackney. Ouverture prévue en janvier 2020.  

 

Le Belmond Le Manoir aux Quat’Saisons fête ses 35 ans.

Clôturons ce spécial London par un anniversaire. Cette année est celle des 35 ans de l’établissement Relais&Châteaux Belmond Le Manoir aux Quat’Saisons. Fief du chef français étoilé Raymond Blanc (à gauche sur la photo ci-dessus),  ce lieu au charme intense prône une cuisine de saison, de la terre à l’assiette, et propose cette année plusieurs dîners spéciaux pour célébrer ses 35 bougies. Plus d’infos sur le site. Retrouvez ici notre interview du chef Blanc, et notre visite au manoir.

Par Anastasia Chelini 

 

 

 

 

 

 

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Mmmm interessant (50%)
  • Je suis fan (33%)
  • Amusant décalé (17%)
  • Inquiétant (0%)

Une réflexion au sujet de « Les News les plus food depuis Londres – Nina Métayer, Ashley Palmer-Watts, Yann Couvreur, Daniel Humm, Jamie Oliver, Marco Pierre-White… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *