” Les femmes de la Gastronomie ” à l’Honneur ce 8 mars pour la Journée de la Femme

09 mars 2017  0  Dossiers F&S
 

signature-food-and-sens Ce 8 mars la gastronomie n’est pas passée à côté de la – Journée de la Femme -, il faut dire qu’elles sont de plus en plus nombreuses à devenir des actrices de l’univers de la FOOD… de plus présentes, qu’elles soient en cuisine, en salle, en sommellerie, dans l’univers du snacking et même dans le management hôtelier ou comme dirigeante de restaurant.

ENFIN … elles trouvent leurs places dans un univers qui fut trop longtemps machiste et réservé aux hommes… !

TELERAMA est allé dénicher – Les 40 femmes qui agitent la gastronomie parisienne – ( et oui vous penserez comme nous aussi à F&S – Toujours Paris – ), retrouvez la liste sur l’article en cliquant sur le LINK… Elles sont classées non pas par talent, mais par catégories ( Bistronomie, cuisine du monde, sur le pouce, les étoilés … ) !

Pour – les Étoilées – vous pourrez suivre Anne-Sophie Pic, Stéphanie Le Quellec, Adeline Grattard, Hélène Darroze, Julia Sedefdjian.

 

FEMMES DE CHEFS – Ce prix qui n’a pas forcément l’unanimité lorsqu’il a été lancé, c’est quand même déroulé pour cette première édition hier 8 mars jour de la journée de la femme. A cette occasion a été décerné le Prix Véronique Abadie (conjointe du chef Jean-Paul Abadie disparue en 2012, ndlr) dont l’objectif est de récompenser la « Femme de chef de l’année ».

Une initiative du chef Laurent Trochain (Numéro 3 – Le Tremblay-sur-Mauldre) qui s’est entouré d’épouses de cuisiniers pour désigner les cinq candidates de cette première édition. Les femmes de chefs de l’Hexagone avaient jusqu’au 28 février pour voter pour l’une des femmes de chefs suivantes.

Patricia Nasti – femme d’Olivier Nasti (Le Chambard – Kaysersberg)

Magali Sulpice – femme de Jean Sulpice (Restaurant Jean Sulpice – Val Thorens)

Isabelle Mobihan – femme de Luc Mobihan (Le Saint-Placide – Saint-Malo)

Laure Mengus – femme de Fabien Mengus (L’Arnsbourg – Baerenthal)

Céline Couillon – femme d’Alexandre Couillon (La Marine – Noirmoutier-en-l’Île)

Céline Couillon élue ” Femme de chef de l’Année 2017 “

C’est finalement Céline Couillon qui a été élue par ses collègues – Femme de Chef de l’Année 2017

Voilà ce qu’elle indiquait avant sa nomination sur le site femmedechef.org

Céline Couillon, femme de mesure et de sensibilité

QUI SUIS-JE ? – J’ai toujours voulu travailler dans la restauration depuis que je suis petite. Je suis donc rentrée à l’école hôtelière à 15 ans pour préparer : un BEP cuisine (dans la même classe que Alexandre), un BAC techno, puis un BTS art Culinaire et de la table. Je suis ensuite partie travailler en Angleterre en salle, pour perfectionner mon anglais. Je suis revenue travailler à Grenade sur Adour en tant que chef de rang. Suite à une opportunité, nous nous sommes installés à la Marine, très jeunes à 22 et 23 ans. Nous avons donc grandi et tout construit ensemble.

COMMENT JE DÉFINIS MON RÔLE AUPRÈS DE MON MARI ET DANS MA MAISON ? – Mon rôle dans notre maison est très diversifié. Nous avons confiance en l’un et l’autre. Je m’occupe principalement de la salle, de l’accueil des clients, du service des plats.  Je gère également la partie administrative, financière et le recrutement, sans oublier le personnel en place, qui est très important pour nous. Nous sommes très complémentaires. Je pense être plus « posée », « mesurée », moins exubérante, même si j’ai mon caractère. Il sait qu’il peut compter sur moi au quotidien. Je suis également maman de 2 filles Emma 15 ans et Marie 11 ans. Habitant sur place, elles font parties de cette grande aventure.

QUELLE A ÉTÉ MA RÉACTION QUAND J’AI APPRIS MA NOMINATION ? – Lorsque j’ai appris ma nomination, j’ai été très surprise. J’avoue que je n’aime pas trop être mise en avant. Je préfère ma « tranquillité » à la maison derrière Alexandre. J’ai hésité à accepter. Je suis sensible et j’ai été très touchée par l’hommage qui est rendu à Véronique Abadie par cette nomination. Elle a écrit une lettre pour le journal de l’hôtellerie, il y a quelques années où elle parlait de notre magnifique métier de la salle. C’est ce qui m’a décidée à accepter.

POUR MOI… COMMENT JE VOIS LE SERVICE DE DEMAIN DE FAÇON GÉNÉRALE ? – Ma vision du service de demain est très personnelle mais je pense que dans nos maisons, il faut un service sincère, naturel, souriant, humain, plein de gentillesse, proche de nos clients. Bien sûre s’adapter au besoin de chacun. Les clients ont besoin d’évasion, des moments de plaisirs. Ils viennent pour découvrir la cuisine identitaire du chef mais aussi pour l’amabilité du service, décompresser et oublier le quotidien. En salle, nous avons un rôle très important de communication. Il faut valoriser notre métier de la salle où les échanges et les rencontres sont magnifiques

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Inquiétant (100%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Je suis fan (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *